La question a été récemment tranchée par la Cour d’appel de Paris dans une décision rapportée par Francis Lefebvre. Pratiquement, tout dépend du contexte avec quand même une règle fondamentale rappelée par les juges : l’importance du respect des durées légales.

Même s’il a commencé sa journée de travail très tôt, un salarié n’est pas dispensé de respecter les horaires de travail contractuellement prévus, dès lors qu’il n’est ni allégué, ni démontré, que la durée maximale de travail journalier ou hebdomadaire avait été dépassée ou que l’employeur ait commis un quelconque abus en lui demandant d’effectuer des heures supplémentaires. Ainsi, constitue une cause réelle et sérieuse de licenciement le refus d’un salarié, sans motif légitime, d’effectuer des heures supplémentaires à la demande de l’employeur, conformément aux stipulations contractuelles, pour effectuer un travail urgent (CA Paris 13-2-2019 n° 17/09182).