Dans une étude en lien ici sur les différents facteurs à l’origine d’un burn out, sont synthétisés les différents facteurs organisationnels qui peuvent conduire un salarié à faire un burn out.

Nous en reproduisons ci-après un extrait.

Comme des modèles de la psychologie du travail en attestent, le burn out peut être admis comme le corollaire d’une inadéquation entre l’individu et sa situation professionnelle . En l’occurrence, non seulement les conditions régnant sur le lieu de travail, mais aussi les capacités, les objectifs et les besoins de l’employé jouent un rôle. Siegrist a prouvé à maintes reprises dans des études prospectives qu’«une crise de gratification» assimilable à un déséquilibre entre l’implication de l’employé au travail et le gain personnellement mis à profit, accroît nettement le risque de
maladies cardiovasculaires ainsi que de troubles dépressifs.
Des facteurs de vulnérabilité personnels tels qu’un besoin accru d’être validé par autrui ou une tendance soutenue à la perfection devraient également produire leurs effets en la circonstance. D’après Schaufeli et Buunk, le burnout découle d’une part d’une crise de gratification et d’autre part d’une disproportion entre les exigences professionnelles (par exemple: charge de travail, urgence, conditions de travail physiques) et les ressources professionnelles (par exemple: reconnaissance, autonomie, soutien, cogestion, sécurité de l’emploi).